Igor YAMEOGO, PCO des JESTIC 2019 : « Nous voulons contribuer à repenser la communication et la gouvernance en contexte de terrorisme »

Organisée conjointement par l’ISMIC et le Groupe d’Etudes et de Recherches en Sciences et Techniques de l’Information et de la Communication (GERSTIC), la 3è édition des Journées d’Etudes en Sciences et Techniques de l’Information et de la Communication (JESTIC) se déroule du 05 au 07 décembre 2019, à Ouagadougou. Thème : « Communication, gouvernance et défis sécuritaires au Burkina Faso ». A quelques jours de cet important rendez-vous, Igor YAMEOGO, Président du comité national d’organisation lève un coin du voile sur les articulations des JESTIC 2019 et lance un appel à une participation massive à ces journées dont l’une des ambitions est de contribuer à la consolidation de la démocratie au Burkina Faso.

Igor YAMEOGO, Président du comité national d’organisation des JESTIC 2019

 

Le Stratège : Comment se portent le GERSTIC et les JESTIC ?

Igor YAMEOGO : Plus les années passent, plus le Groupe d’Etudes et de Recherches en Sciences et Techniques de l’Information et de la Communication (GERSTIC) acquiert expérience et compétences. Aujourd’hui, près d’une décennie après sa création, le GERSTIC s’est définitivement positionné dans son rôle d’avant-garde et de pépinière d’innovations au service du développement par l’information et la communication. Au-delà du dynamisme et des compétences des hommes et femmes qui le composent, les différentes productions intellectuelles réalisées et les activités organisées, dont les JESTIC, sont la preuve que l’on peut véritablement se féliciter de ce qui est déjà fait jusque-là.

 

Le Stratège : « Communication, gouvernance et défis sécuritaires au Burkina Faso ». C’est autour de ce thème que la 3è édition des JESTIC du 05 au 07 décembre. Qu’est- ce qui explique un tel thème ?

 

Igor YAMEOGO : Nous sommes malheureusement aujourd’hui dans une crise sécuritaire qu’on ne peut plus et qu’on ne devrait d’ailleurs pas nier. Nous ne devons plus nous contenter de vivre avec cette nouvelle donne. Nous devons nous adapter et y faire face. Et fort heureusement nous le pouvons. Grâce à l’efficacité de nos forces de défense et de sécurité mais aussi grâce à une prise en main des défis sécuritaires au travers d’une approche beaucoup plus holistique qui intègre aussi la maitrise de la gestion de la communication et de l’information en temps de crise, telle celle qui s’érige comme un affront à nos valeurs depuis quelques années. C’est pourquoi, au moment où nos autorités cherchent ardemment des réponses appropriées à cette « menace protéiforme et diffuse », nous avons pensé opportun de réfléchir sur le rôle et les apports de la communication non seulement dans la gouvernance au Burkina Faso mais surtout face au péril terroriste. Ainsi, en cohérence avec notre mission avant-gardiste, nous avons décidé de questionner nos communications publique et politique, d’examiner la qualité de la gouvernance actuelle et d’interroger notre responsabilité individuelle et/ou collective dans notre appropriation de l’espace public à travers les médias (traditionnels et socionumériques). En clair, à travers un tel thème, nous voulons, ensemble, poser la réflexion et tracer des sillons pour repenser véritablement la communication et la gouvernance en contexte de terrorisme.

Le Stratège : Justement, comment cette problématique générale sera-t-elle décryptée au cours des JESTIC ? Autrement dit, quelles sont les principales articulations de ces journées ?

Igor YAMEOGO : Afin de bien adresser notre problématique, nous aurons les préludes les 05 et 06 décembre, et une journée de réflexion stratégique le 07 décembre au Conseil régional du Centre. La réflexion stratégique aura pour piliers des communications, au nombre de trois et assurées par d’éminentes personnes ressources, et une tribune démocratique qui donnera l’occasion aux participants de formuler des actions prioritaires en rapport avec la communication politique, la sécurité et la défense, la gouvernance politique et institutionnelle. Quant aux communications prévues, elles auront respectivement pour thèmes « La communication politique à l’épreuve du terrorisme au Burkina Faso », « Autopsie de la gouvernance et des pratiques politiques post insurrection et transition au Burkina Faso », « Rôles et responsabilités des web-activistes dans la lutte contre le terrorisme au Burkina Faso ». Telles sont les principales articulations de ces JESTIC.

Le Stratège : A quelques jours de la manifestation où en êtes-vous avec les préparatifs ? Quel est votre état d’esprit ?

Igor YAMEOGO : Comme à toutes les éditions, nous mettons un point d’honneur dans les préparatifs afin de faire un sans-faute organisationnel. Cette année, le défi est encore plus grand surtout avec plus d’une centaine de participants attendus. Mais grâce à l’ensemble du comité d’organisation, nous pouvons dire déjà que nous sommes tout à fait prêts pour tenir et réussir les JESTIC 2019.

Quel appel avez-vous à lancer à tous ceux qui sont intéressés par le thème des JESTIC ?

Cette année les JESTIC portent sur un sujet d’intérêt national. Le thème nous interpelle tous à quelque niveau que nous soyons. Je me saisis donc de votre tribune pour convier à cette dynamique initiative des JESTIC celles et ceux qui veulent participer à la co-construction de solutions citoyennes durables pour une meilleure gouvernance politique et une communication publique adaptée à ce contexte de terrorisme. C’est ensemble que nous construirons cette gouvernance et cette société à l’image de nos aspirations, et à chaque fois que quelqu’un formulera une idée innovante à l’occasion de ces JESTIC, c’est une pierre qui s’ajoutera à cet édifice commun que nous bâtissons. Vous avez donc là toutes les bonnes raisons pour ne pas manquer ce rendez-vous du 07 décembre à partir de 08 heures au Conseil régional du Centre.

 

Interview réalisée par

Rufin BATIONO

www.lestratege.info

 

Posted in Actu ISMIC, Actualité, Annonces and tagged , , , .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *